Arnold Fokam

Cameroon

Logo 193 Gallery (500x500).jpg

Oeuvres de Arnold Fokam

(English version below French version)

Arnold Fokam (1996-) est un jeune artiste plasticien originaire de l’Ouest du Cameroun et vit et travaille à Douala. Diplômé en Arts plastiques et Histoire de l’Art de l’Institut des Beaux-Arts de l’Université de Douala à Nkongsamba, sa formation le pousse vers la peinture sur toile avant de se risquer vers une pratique multidisciplinaire ajoutant à ses outils, créations sonores et installations. Rapidement remarqué pour sa maîtrise de la technique et de la couleur, Arnold Fokam approfondi lui aussi sa formation au sein du post-master de Hervé Youmbi. Son pinceau aspire à porter un sujet qui touche particulièrement son pays. Les recherches de l’artiste s’axent rapidement autour des pénuries d’eau au Cameroun.

Aussi appelé la petite Afrique, le pays dispose d’après les études d’énormes ressources en eau. Le stress hydrique n’est alors autre que le résultat de la mauvaise gestion de cette ressource essentielle pour les populations locales. Arnold Fokam réalise ici une extension de sa recherche AquariHomme et s'intéresse à la disparition des espèces subaquatiques. Extractions des produits minéraux, changement climatique responsables de l’acidification des eaux, tourisme, surpêche et pollution plastique, les pressions sont considérables et continues. Portant une attention particulière à l'impact de la pollution sur les spiritualités liées aux fleuves comme le Wouri par exemple, l’artiste revisite certains mythes locaux. Ainsi, il réinterprète le mythe et la croyance en Mami Watta, souvent perçue comme une sirène, en divinité également touchée par l’appétit destructeur de l’Homme. Arnold Fokam met en scène ses créatures sorties des eaux profondes pour chanter aux humains non pas des mélodies douces et envoûtantes mais plutôt la douleur de la séparation, de la disparition, et  de l’extinction. Dans des linceuls blancs et purs, elles portent avec délicatesse les dépouilles d’êtres maintenant dépourvus de toute vie, telle une mère qui accompagne sa progéniture dans sa dernière demeure.

L’univers d’Arnold interpelle par ce savant mix entre maîtrise technique et thématique poignante, reflet d’une société en perdition. En utilisant la force du culte de Mami Watta, Arnold réalise un appel remarqué au réveil de ses compatriotes. L’artiste sort lauréat du prix Goethe Découverte 2020/Arts visuels et son travail fait déjà  partie de plusieurs belles collections telles que celle du Goethe Institut et du centre d’art contemporain Doual’art.