LES OUBLIÉS

THAÏLANDE, INDE, SÉNÉGAL

Titre 3

PRÉSENTATION

Samuel Cueto est un artiste d’origine hispano-algérienne né en 1977.

 

Après avoir fait ses classes dans le monde du free fight et du hip hop, Samuel Cueto est progressivement passé à la photographie argentique sur les conseils du photographe Armen Djerrahian “Quand tu fais de la photo numérique tu fais de l’image, quand tu fais de l’argentique, tu fais de la photo.”

Portraitiste de rue, Samuel Cueto a concentré son travail sur les laissés pour compte, les invisibles qui vivent loin des centres villes. Originaire des quartiers populaires de cette france “oubliée”, le photographe rend logiquement hommage à ses semblables dont personne ne semble plus faire attention.

 

Samuel Cueto nous parle aussi de lui au travers des portraits qu'il prend de personnes au parcours en apparence chaotique : des êtres abimés mais authentiques, et qui exercent une beauté magnétique sur le spectateur. Alors que de nombreux photographes ont essayé de capturer le monde des ghettos et des banlieues sans parvenir à dépasser l'exotisme de la photographie de safari, Samuel Cueto n'a pas peur de se salir les mains et de montrer l'envers sale et crasseux de notre société. Le photographe cristallise avec son appareil nos problématiques les plus actuelles: acceptation de l’autre dans sa différence, son vécu, et ses origines.

 

Après une première exposition en 2016 à la Galerie Argentic consacrée à son travail “thailandais” qui sera dans la foulée présenté à Arles, Samuel Cueto revient en 2018 à la 193 Gallery avec l’exposition “Les oubliés” qui met en avant ses plus belles photos de Thailande, d’Inde et du Sénégal, prises entre 2014 et 2018.

 

LA THAÏLANDE 

Samuel Cueto est un amoureux de la Thailande. Il y est allé 6 fois entre 2014 et 2016 pour réaliser sa série de photographies qui a donné lieu à sa première grande exposition “City of Smiles”.

Principalement réalisées dans les banlieues de Bangkok, Pattaya et Phuket, ces photos sont loin des paysages de carte postale : gangs locaux, trafiquants de tout genre, prostitués vivent dans une autre réalité, pourtant à quelques minutes des plages paradisiaques.

 

Samuel Cueto rend hommage à ces marginaux, à leur fragilité, à leur humanité.


 

L’ INDE

Son voyage en Inde en Mars 2018 s’est concentré sur les villes de Calcutta et Varanassi.

 

L’envie de découvrir Calcutta lui est venu d’un reportage sur Mère Teresa. Fasciné par son refus de la fatalité et son combat pour les plus démunis, Samuel Cueto a voulu découvrir toutes ces mères Teresa qui se battent au quotidien dans la rue, dans les écoles, pour donner une chance à ceux qui sont nés dans la mauvaise caste.

Dans ces villes sans touristes, les habitants ne comprennent pas ce que le photographe vient y faire “Pourquoi viens tu ici? Il n’y a rien à faire, il n’y a que des pauvres ici…” 

Il échange avec des enfants qui vendent un peu de nourriture pour gagner leurs vies, des travailleuses de nuit qui survivent dans taudis insalubres, et ne sortent que la nuit comme des chauves souris. 

 

A Varanassi, Samuel Cueto fait de nombreuses rencontres, notamment une vendeuse de carte postale qui a été brûlée à l’acide par son mari alcoolique quand elle lui a demandé le divorce. Aucun droit pour les gens de la rue, le mari n’a même pas reçu une amende. Face à la dureté de ces vies, une dernière balade sur le mystique Gange, clôt un voyage fort en rencontres et en émotion.

 

LE SÉNÉGAL 

Fan des grands Malick Sidibé et Seydou Keita, Samuel Cueto voulait rendre hommage à l’Afrique de l’ouest.

 

Samuel Cueto a été marqué par l’accueil et l'extrême gentillesse des sénégalais. Pour une fois, même la police l’accueillait avec une bienveillance déconcertante. Parti avec son équipe de photographes, ils sont allés dans la banlieue de Dakar à Ouakam pour voir la vie, la vraie. 

 

Il passe du temps avec des rasta sénégalais et des “Baye Fall” (musulmans sénégalais qui ont leur propre interprétation de l’islam) et partagent des moments magiques dans des immenses sound system de plus de 1000 personnes sur la plage.  Dans les bas-fonds de Ouakam, il focalise son travail sur les enfants des écoles coraniques où les cours se font directement dans une cour extérieure. Les sourires sont partout, le bonheur tient parfois à peu de choses...

En 2019, Samuel Cueto prévoit de faire un long voyage en Jamaique et va revenir cette fois avec de nombreuses photos argentiques en couleur

ARTISTE

SAMUEL CUETO
Show More

OEUVRES

REVUE DE PRESSES

INFORMATIONS

7, Rue des Filles du Calvaire

75003 Paris, France

cesar@193gallery.com

+33 6 03 70 78 26

 

Horaires : 

Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 19h30

et le dimanche de 12h à 18h

NEWSLETTERS
  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon
  • YouTube
  • Spotify noir Icône